Grève des transporteurs : suivi de l'évolution de la situation

Grève des transporteurs : suivi de l'évolution de la situation

Soumis par glacier le lun 06/02/2012 - 15:33

 

Mercredi 22 février:

Après une journée déroulée dans un calme relatif, dès la nuit tombée les émeutes reprennent de plus belles et se propagent dans l'île.

Le Chaudron, le Port encore en proie à des troublions, et désormais Saint Benoit aussi, où les routes sont bloquées. Les violences urbaines, ressemblent de plus en plus à de véritables guerilla, et n'ont pas l'air de s'apaiser, bien au contraire.

 

Mardi 21 février:

  • Vers 9h00: Thierry Robert rejoint le Port et annonce qu’il porte plainte contre la SRPP au nom de sa commune car il estime que les saint-leusiens ont été lésés.
  •  
  • 10h00: Le Préfet, Michel Lalande, menace de faire intervenir les forces de l’ordre pour faire sauter les barrages. Cette annonce fait monter le ton au sein de la population. La situation se tend ostensiblement, les transporteurs lancent un appel à la population pour un plus grand soutien.
  • 10h40: Situation apaisée lorsque la Préfecture s’engage à maintenir la réunion prévue le 23 février à conditions que les manifestants assouplissent quelque peu le mouvement en autorisant les camions citernes de kérosène pour les aéroports de l’île passer.
  • 10h50: Dialogue de sourds et langues de bois entre JB Caroupaye et le sous-préfet de Saint Paul, Thomas Campeaux qui se fustigent mutuellement. Le sous-préfet veut en effet lever tous les barrages car selon lui les discussions ne peuvent être entamées avec une telle pression.
  • 11h00: 3 camions de ravitaillement arrivent à surprendre les transporteurs et à sortir de la SRPP, acte considéré comme un trahison par le manifestants.
  • 14h30: JB Caroupaye et Pierrick Robert quittent la SRPP pour rencontrer le Préfet en lieu neutre.
  • 16h00: Alors que JB Caroupaye est encore en tractations avec le Préfet, les transporteurs manifestants bloquent totalement les accès à la SRPP.
  • Fin d’après-midi: Au Port, des jeunes menacent de s’en prendre aux grandes surfaces de la ville, la sécurité est renforcée aux abords des centres commerciaux.
  • 20h00: Signature du protocole d’accord entre la FNTR et la Préfecture, retour possible de Mongin qui explique qu’il ne faut surtout pas lever les barrages pour l’heure.
  • Suite aux négociations : Le Chaudron s’enflamme et est en proie à de nombreux mouvements épars. Les affrontements entre les forces de l’ordre et les troublions ne sauraient tarder.
  • 22h00: Début des affrontements musclés au Chaudron

 

Lundi 20 février:

  • 8h00: Les barrages reprennent leurs cours sur les routes de l'île, mais cette fois-ci ce sont les points névralgiques de l’économie réunionnaise qui sont asphyxiés. Des barrages filtrants sont présents à Saint-Paul (rond point de Cambaie), au Port (rond point des danseuses) pour l'Ouest. Dans le Sud, des barrages ont été érigés à Saint-Pierre et l'Etang-Salé. Pour le Nord, c'est à la Rivière des Pluies que les routes sont paralysées (rond point Leclerc). Loin d'être une surprise, cette reprise avait déjà été évoquée par Jean Bernard Caroupaye à peine la levée des barrages décidée la semaine dernière.
  • 10h00: La SRPP est bloquée totalement à nouveau malgré l'important dispositif policier déployé à ses abords. Aucun véhicule n'est autorisé à passer les barrages érigés par les transporteurs.
  • 10h30: Les barrages sont maintenus au niveau de la SRPP, le mouvement semblerait même se renforcer avec plus de 400 nouveaux poids lourds d'attendus afin de raffermir les barrages. De son côté Thierry Robert, lui, porte plainte contre la SRPP pour «abus de position dominante» et affirme que «les Saint-Leusiens ont été lésés», et qu’il est grand temps «que la SRPP rende des comptes».
  • 19h30: Une possible baisse à plus de 8 cts? En effet, JB Caroupaye annonce que le Préfet devrait annoncer ce soir une baisse des hydrocarbures dans l'île de plus de 8 cts. Et à cette seule condition, le mouvement des transporteurs cessera. En attendant, un seul camion-citerne est autorisé à rejoindre Gillot en attendant l'annonce prévue pour 20h00.

 

Jeudi 16 février:

Lors d'une interview JB Caroupaye évoque un éventuel nouveau départ de barrages sur les routes de l'île pour cette fin de semaine. Effectivement, si les négociations prévues ce vendredi 17 février à 15h00 entre l'IPR et la Préfecture ne sont pas concluantes, une reprise de mouvement ne serait pas à exclure.

Informations supplémentaires et photos sur notre forum ICI

 

Mercredi 15 février:

  • Reprises des barrages routiers sur les grands axes de l'île.
  • Circulation très difficile dans l'Est, est pus particulièrement à Saint André (le Score et la station essence voisine, contraints de fermer).
  • Situation tendue au RP de la Mare à Sainte Marie où les protestataires refusent d'assouplir leurs barrages.
  • Seule préoccupation du préfet: débloquer devant la SRPP pour le ravitaillement en kérosène des avions qui doit absolument se faire vendredi avant de perturber les vols prévus.

Ce 15 février marquera la fin du mouvement réunionnais contre la hausse des prix du carburant. En effet, sous la menace du Procureur Général de la République et du Préfet les barrages sautent un à un sur les routes de l'île an cours d'après-midi. Avant le début de soirée les réunionnais retrouvent des routes dégagées, mais le prix des carburants pour eux n'aura pas bougé d'un poi!

Et depuis c'est toute la zone portuaire et essentiellement les abords de la SRPP qui sont sous la très haute surveillance des forces de l'ordre par peur d'un blocage du site. Les transporteurs, eux, se sont rassemblés non loin de là devant la Halle des Manifestations du Port, pour quoi faire? Nous ne savons guère!

Encore une fois les réunionnais seront les vaches à lait des "gros zozos décideurs", et à cette allure ça n'est pas près de changer.

 

Mardi 14 février:

  • Les transporteurs obtiennnent gain de cause de la part de la Région Réunion avec le financement de fonds de compensation destiné à un gasoil professionnel pour tous les professionels de la route.

Cependant toujours R-I-E-N pour les particuliers. Il faudrait, afin que tous les réunionnais puissent bénéficier d'une baisse des prix à la pompe se tourner désormais vers les pompistes et  les pétroliers qui disent ne pouvoir rien faire pour le moment. Cette situation met désormais les transporteurs dans une situation délicate, car si les barrages sont levés ils se désolidarisent de facto du reste de la population réunionnaise qui les avait, eux, soutenus jusque là.

Affaire à suivre!

  • Blocage de la SRPP à 12h00 pile par les transporteurs. Pénurie de carburants dans les stations de l'île à prévoir?
  • Des barrages filtrants sont installés partout sur les routes de l'île depuis l'aube.

LE SUD: Barrage filtrant à la Rivière Saint Etienne et au rond-point du Gol depuis 3h30 ce matin => Région quasi bloquée au niveau de la circulation, embouteillage gant entre Saint Pierre et l’Étang-Salé.

LE NORD: Entrée Est de Saint Denis bouchonnée à cause du blocage du rond-point de Gillot (compter une bonne heure pour faire Sainte Marie>Saint Denis), 10 km de bouchon dans le sens Sainte Suzanne>Saint Denis.

L'OUEST:Dernier barrage filtrant mis en place à Saint Paul, au niveau de la pépinière depuis 8h20 ce matin.

 

AUCUNE CONSIGNE N'EST DONNÉE POUR LEVER LES BARRAGES POUR L'HEURE!

Les transporteurs évoquent déjà un blocage de la Route Du Littoral dans la journée!

 

Lundi 13 février:

Des comités citoyens s'organisent dans les villes de l'île et menacent de bloquer les routes afin de s'exprimer contre la vie chère (et not. les hausses successives des prix des carburants à La Réunion). "Contribuables et consommateurs, dindons de la farce et payeurs pendant que d’autres battent des records en bénéfices par milliards… Inacceptable !", voilà contre quoi s'insurgent ces comités. Demain, mardi 14 février, ces comités annoncent des trafics routiers perturbés voire bloqués dans notre département

 

Dimanche 12 février :

  • La réunion pourrait voir le prix de la bouteille de gaz passer de 15 à 12€ finalement (dixit Le Quotidien), grâce à la volonté de l'Association des Maires De la Réunion qui souhaiterait faire bénéficier le surplus de l'Octroi de Mer à tous les réunionnais plutôt qu'aux professionnels de la route. Cette annonce remet néanmoins en cause la mise en place d'un gasoil professionnel. Nous ne sommes donc pas au bout de nos surprises, et ce dossier semble bien loin d'être clos!
  • 15h15: Le préavis de grève déposé à la Région Réunion par l'IPR (Intersyndicale des Professionnels de la Route) prend effet demain lundi 12 février. La colère ne s'est en effet nullement calmée du côté des transporteurs qui exigent des excuses de la part des représentants des chambres consulaires et du Préfet Michel Lalande pour l'incident de vendredi. Aussi, l'annonce faite ce matin par le Président de l'AMDR, Roland Robert de ne plus participer au Fonds de compensation censé mettre en place un gasoil professionnel dans l'île a contribué à relancer de plus fort le mouvement. Grève et blocage sont donc à prévoir demain sur nos routes.
  • 17h05: Les agriculteurs, avec en tête J.Yves Minatchy entrent dans la danse et réclament eux aussi un gasoil professionnel. Il déposera donc demain un dossier présentant diverses propositions visant à compenser ces augmentations successives qui toucheraient également les agriculteurs de La Réunion de plein fouet.

  • 20h30: Les transporteurs suspendent leur mot d'ordre de grève et leur appel à la mobilisation pour demain, lundi 13 février. Publiquement cela serait dû aux intempéries à prévoir en raison du cyclone Giovanna, mais il semblerait que cela soit plutôt le résultat de la menace du préfet d'être très ferme si un blocage des routes serait effectivement mis en place.

Jeudi 9 février :

  • La réunion entre la Région Réunion et l'intersyndicale des professionnels de la route tourne au vinaigre suite à l'irruption inattendue d'Armand Mouniata (Président du collectif des travaux publics et des transports) et de Franck Legros (Président de la CAPEB) qui estimaient devoir faire partie de cette rencontre décisive. Bernard Caroupaye a donc catégoriquement refusé de siéger.

Motif? Les deux "invités surprises" n'étaient pas au programme, mais surtout ils n'avaient pas participé au mouvement depuis le départ (not. l'opération escargot de lundi)

Bilan? Fin des discussions à 17h00, un préavis de grève immédiat est déposé. Les mécontents se concertent au niveau de La Mare à Sainte Marie pour décider des suites à donner. Un mouvement, ou plutôt une immobilisation de nos routes n'est donc pas à exclure dans les heures (jours?) à venir.

Mardi 7 février :

  • L'ARCP appelle tous les acteurs politiques et syndicaux à se mobiliser dans les semaines à venir pour une baisse significative de 25 cts au minimum du prix des carburants pour l'ensemble des réunionnais.
  •  
  •  

Lundi 6 février :

  • 8h00: Rassemblement des poids lourds, associations de consommateurs et simples automobilistes devant la halle des manifestations du Port. Mise en place d’un barrage filtrant empêchant uniquement les professionnels de circuler.
  • 10h45 Table ronde à Saint Denis entre l’État, le Conseil Régional, les pétroliers et autres acteurs de la filière
  • 11h00 : Transporteurs et associations quittent la table ronde, mécontents.
  • 12h00 : Blocage total du Barachois.
  • 12h15 : À la demande des protestataires Michel Lalande descend aux grilles de la Préfecture : «J’ai bien compris que vous vouliez discuter avec les principaux interlocuteurs dans ce dossier et non avec leurs représentants» a-t-il déclaré, faisant allusion aux raisons qui ont poussé les transporteurs à quitter la table ronde des négociations. «J’ai donc bien compris que pour obtenir votre confiance, c’est par là qu’il faudra commencer. Cela sera chose faite». Absence, en effet remarquée, de Nassimah Dindar et Didier Robert.
  • 12h40 : Blocage désamorcé suite à la déclaration du Préfet.
  • 15h00 : Nouvelle table ronde des acteurs de la filière carburant au complet avec Nassimah Dindar, Didier Robert, Michel Lalande, Ibrahim Patel (Président de la CCIR) dans les locaux de la DIREN. Cette fois-ci manque à l'appel le Président de la SRPP. Les manifestants, eux, attendent la fin des négociations de pied ferme au rond point de la Mare à Sainte Marie.
  • 17h55La bouteille de gaz serait redescendue à 15€ et une éventuelle baisse de 5 cts du gazoil professionnel serait acté, ces décisions devrait être officialisées la semaine prochaine.
  • 19h30 : Jean-Bernard Caroupaye annonce au journal télévisé la baisse du prix de la bouteille de gaz au premier mars 20125 cts de gagnés sur le gasoil professionnel pour les transporteurs et 6 cts pour les taxis.
  • Deux échéances en vue: une réunion jeudi pour les transporteurs afin de négocier le prix du gasoil professionnel et une seconde mardi 14 février avec la SRPP où sera négociée une baisse des prix à la pompe pour tous. Il annonce tout de même que le spectre de la grève n'est pas à dissiper, que les transporteurs sont "en veille".

Samedi 4 février :

  • Thierry Robert, Maire de mmune de Saint Leu propose «de reverser une partie de la taxe sula cor les carburants correspondant au surplus financier que devra logiquement percevoir la commune de Saint-Leu» et appelle les autres collectivités à faire de même.
  • L’association « Mmon Ppa Lé La » décide avec une poignée de membres de  sillonner l’île et de bloquer des ronds-points, pour semble-t-il « marquer le coup ».

Jeudi 2 février :

  • Annonce d’une table ronde le lundi 6 février.

Mercredi 1er février :

  • Préavis de grève annoncé par les associations de consommateurs et les professionnels de la route suite à une nouvelle hausse des prix du carburant et du gaz à la Réunion.

 

 

Tenez nous informés: http://www.run974.org/news-actu-974-f58/suivi-de-la-greve-des-transporteurs-fevrier-2012-t24528.html#p324376