sécurité routière ; de nouvelles mesures à l'études pour 2015

L’année 2014 a été particulièrement meurtrière sur les routes Réunionnaises tout comme sur les routes de métropole alors que l’objectif des autorités reste de faire baisser à 2000 le nombre de morts sur les routes d’ici 2020. Afin de tenir les objectifs, le gouvernement profite donc de cette occasion pour proposer des mesures controversées à fin de faire « baisser le nombre de morts sur les routes ». L’alcool et la vitesse sont bien sûrs les chevaux de bataille sur lesquels un accent particulier sera mis. Le projet par exemple de faire passer à 0,2 g par litre de sang au lieu de 0,5 g actuellement chez les conducteurs novices devrait permettre de faire baisser le nombre de morts chez les 18 25 ans. Concernant la vitesse, il n’y aura apparemment pas d’augmentation du nombre de radars, mais une modernisation de ces derniers. L’objectif final est d’équiper tous les radars en double face. Il y aura par contre une augmentation des radars feux rouges. En effet le non-respect des feux est considéré comme fortement accidentogène. Les deux roues ne sont bien sûrs pas épargnés. On oublie le port obligatoire du gilet jaune qui a fait couler beaucoup d’encre, mais on propose que, comme les automobilistes, ces derniers soient équipés d’un gilet jaune en cas de panne ou d’accident. Par contre, le gouvernement souhaite une nouvelle fois s’attaquer à la taille des plaques d’immatriculation des motos enfin de faciliter les contrôles.   Si l’objectif de faire baisser le nombre de morts sur les routes est plus que louable, la fin ne justifie pas toujours les moyens. Gageons qu’une fois encore, l’usager de la route soit le dindon de la farce. Il est clair que si nous mettons toutes les routes avec une limitation de 20 km/h les accidents seraient beaucoup moins graves c’est mathématique...   Les 26 mesures pour renforcer la sécurité routière Sensibiliser, prévenir, former Mesure N°1 Modernisation accrue de l’enseignement de la conduite, en lien avec les formateurs agréés. La réforme du permis de conduire ouvre la conduite accompagnée dès 15 ans avec possibilité de passer l’examen de conduite à 17 ans et demi : des jeunes conducteurs mieux formés, c’est une accidentalité réduite. Mesure N°2 Généralisation d’un module de sensibilisation à la sécurité routière en classe de seconde dès la rentrée 2015, ainsi que lors des journées de défense et de citoyenneté suivies par les jeunes à partir de leur 18ème année. Alors que la formation à la sécurité routière s’interrompt aujourd’hui en classe de 3ème, il s’agira de mieux préparer les jeunes à devenir des usagers responsables jusqu’à l’âge du permis de conduire. Mesure N°3 Développement des opérations de sensibilisation aux risques liés aux pratiques addictives et à l’utilisation du téléphone portable au volant. Sensibilisation de l’opinion à la question des blessés de la route – une campagne nationale d’information sera lancée dès le mois de février. Mesure N°4 Création d’un site internet du Conseil national de la sécurité routière (CNSR). Il permettra de mieux sensibiliser le public aux enjeux de la sécurité routière. Mesure N°5 Mise en place sur le site de la Sécurité routière (DSCR) d’une rubrique « à l’épreuve des faits », délivrant à nos concitoyens une information de qualité et réactive face aux idées reçues et fausses affirmations sur la sécurité routière (technique du fact-checking). Mesure N°6 Abaissement du taux légal d’alcoolémie de 0,5 g/l à 0,2 g/l pour les conducteurs novices (3 ans après le permis, ramenés à 2 ans après le permis s’il a été précédé d’un apprentissage par conduite accompagnée). Les accidents de la route sont la première cause de mortalité des 18-25 ans. Mesure N°7 Renforcement des contrôles des exploitants de débits de boissons autorisés à fermer entre 2h00 et 7h00 qui ont obligation de mise à disposition de dispositifs d’autocontrôle. Sanctionner administrativement en cas de non-respect, jusqu’au retrait des autorisations d’ouverture tardive, voire de vente de boissons alcoolisées. Mesure N°8 Formation de tous les médecins agréés au dépistage précoce des problèmes d’alcool et de stupéfiants. Les médecins agréés pour l’évaluation de l’aptitude médicale à la conduite réalisent 1 million de consultations par an. Environ 400 000 consultations sont réalisées en commissions médicales en préfecture pour toutes les infractions liées à l’alcool et aux stupéfiants. Les 600 000 autres sont réalisées en cabinet de ville pour les conducteurs professionnels, les usagers porteurs de problèmes médicaux et les infractionnistes, hors alcool et stupéfiants. Protéger les plus vulnérables Mesure N°9 Interdire le stationnement des véhicules (à l’exception des deux-roues) 5 mètres avant les passages piétons pour améliorer la visibilité entre piétons et conducteurs. Mesure N°10 Permettre aux maires d’abaisser la vitesse sur de grandes parties, voire sur la totalité de l’agglomération (et non plus uniquement dans quelques rues), pour réduire le nombre et la gravité des collisions. Mesure N°11 En lien avec la Chancellerie, renforcer les sanctions pour les conducteurs qui, stationnant sur les passages piétons, sur les trottoirs ou sur les pistes cyclables, mettent en danger les piétons en les obligeant à les contourner. Mesure N°12 Relancer le déploiement de radars feux rouges et leur associer systématiquement un module de contrôle de la vitesse, notamment en agglomération. Mesure N°13 Uniformiser la taille et le format des plaques d’immatriculation des deux-roues motorisés, afin de faciliter les contrôles. Mesure N°14 Rendre obligatoire pour les usagers de deux-roues motorisés le port du gilet de sécurité en cas d’arrêt d’urgence, comme c’est déjà le cas pour les automobilistes. Mesure N°15 Généraliser à terme l’utilisation de supports de panneaux de signalisation « fusibles », qui ne nécessitent pas de glissière de sécurité, et diminuent les risques pour les deux-roues motorisés. Lutter sans relâche contre les infractions graves Mesure N°16 Poursuivre la modernisation du parc des 4 200 radars afin de mieux lutter encore contre la vitesse excessive ou inadaptée sur les routes (radars chantiers pour la sécurité des personnels, radars mobile de nouvelle génération). Mesure N°17 Lutter contre les contournements de la loi en matière de contrôle automatisé, notamment : en déployant des radars double-face qui permettront aux enquêteurs de mieux identifier les auteurs des infractions ; en rappelant sur les avis de contraventions que les personnes morales ne peuvent se substituer aux personnes physiques pour l’acquittement des amendes qui, comme les éventuels retraits de points de permis, s’appliquent au conducteur en infraction. Mesure N°18 Exiger, lors de la demande de certification d’immatriculation d’un véhicule, la désignation d’une personne titulaire du permis de conduire correspondant au type de véhicule à immatriculer. Cette personne sera responsable en cas d’infraction constatée, à défaut d’identification du conducteur en infraction. Mesure N°19 Agir contre le défaut d’assurance en se donnant les moyens techniques de vérifier l’adéquation entre les véhicules assurés et les véhicules immatriculés. Mesure N°20 Observer, sur certains tronçons de route à double sens identifiés comme particulièrement accidentogènes, l’impact d’une diminution de la vitesse maximale autorisée de 90 à 80 km/h. Mesure N°21 Expérimenter dans 11 départements, en lien avec la Mildeca, la technique du double prélèvement salivaire en matière de dépistage des stupéfiants, en vue de la généraliser et d’augmenter ainsi le nombre de contrôles. Mesure N°22 Interdire de porter tout système de type écouteurs, oreillette, casque, ... susceptible de limiter tant l’attention que l’audition des conducteurs. Mesure N°23 Préciser la réglementation du surteintage des vitres à l’avant des véhicules pour garantir le bon contrôle de certains comportements dangereux (utilisation du téléphone au volant, non port de la ceinture de sécurité ...) Améliorer la sécurité des véhicules et des  infrastructures Mesure N°24 Réduire les risques de contresens sur autoroute en alertant les conducteurs désorientés par l’installation de panneaux « sens interdit » sur fond rétro-réfléchissant sur les bretelles de sortie. Mesure N°25 Soutenir les démarches européennes sur l’installation d’enregistreurs de données de la route (EDR) dans les véhicules pour mieux connaître les mécanismes d’accident. Mesure N°26 Fournir aux collectivités locales des outils pour les soutenir dans leurs démarches d’amélioration de la sécurité routière : guides techniques pour les encourager à réaliser, comme le fait aujourd’hui l’Etat sur son réseau, des audits de sécurité ; partage de bonnes pratiques.    

Baisse globale du prix du carburant à la réunion février 2015

Le mercredi 28 janvier 2015, les gérants de stations services ont effectués un mouvement de solidarité par rapport au meurtre du couple Émile et Odette AHO-NIENNE eux même gérant d’une station. Dans ce contexte, beaucoup de gérants de stations ont décidés de ne pas ouvrir leurs portes. Seulement voilà, le lendemain, Monsieur Gérard Lebon président du Syndicat des Exploitants de Stations Services (SRESS) a décidé de mettre en place un mouvement n’ayant plus rien à voir avec le contexte de la veille. Résultat des courses, après d’âpres négociations avec la préfecture de La Réunion, Monsieur Gérard LEBON a réussi à faire augmenter la marge des gérants de stations services de 1 centime à compter de mars 2015. Rappelons que malheureusement, une épée de Damoclès est sans cesse sur la tête des pompistes dans ces débats. Le combat ne s’arrête pas là pour le président du Syndicat des Exploitants de Stations Services. En effet, la marge demandée est de 2,33 centimes. Monsieur LEBON considère impossible le fait que l’État n’accède pas à sa demande. Gageons donc que très prochainement un bras de fer va s’engager avec une fois de plus, le consommateur doublement pénalisé. Pénalisé d’une part, par une grève qui pourra durer et d’autre part, par un prix du carburant plus élevé après les négociations finales. Pour le moment, profitons, car le prix du gasoil passe au-dessous de la barre des un euros dès le 1er février 2015. Le sans plomb et le gaz baisse aussi fortement.   1er février 2015 (source : Prefecture974) Sans Plomb : 1,27€ (-0,08 €) Gazole : 0,99 € (-0,06 €) Gaz : 17,24 € (-0,68 €)

Bonne année 2015 avec Run974.Org

Bonjour,  l'équipe de RUN974.ORG se joint à moi pour vous souhaiter une très bonne année 2015. Cette année 2014 n'aura pas été une grande année pour notre association, en effet nous n'avons à notre attractif qu'une journée roulage. Cette journée s'est déroulée sur le circuit de la Jamaïque. Mais quelle journée ! ! ! Nous avons vu pour la première fois des voitures du rallye courir en même temps que des voitures de tous les jours. L'ambiance était au rendez-vous et l'association RUN974.ORG a encore  prouvé qu'elle était toujours présente. Alors malgré toutes ces difficultés, gageons que 2015 sera une année AVEC run974. Merci à tous de nous accorder votre confiance. Le Président de l'association, PAYET Loïc

SUPERMOTO ENGEN 29 et 30 novembre 2014 sur le circuit de la Jamaïque

Le Team Motor Show organise la finale du Championnat Supermotard de la Réunion dénommée « SUPERMOTO ENGEN » qui aura lieu les 29 et 30 novembre 2014 sur le circuit de la Jamaïque. La course est étalée sur 2 jours : Contrôles techniques et administratifs des pilotes le samedi 29 de 8H à 11h30 Essais officiels et qualification chrono le samedi 29 de 13h à 15h30  1ère manche "SUPERMOTO ENGEN" le samedi 29 de 15h40 à 17h30 ----------------------------------------------------- 2ème et 3ème MANCHES SUPERMOTO ENGEN le Dimanche 29 à partir de 8h A noter la présence de 2 pilotes nationaux participant au championnat de France supermotard : Aurélien GRELIER et Patrice FESQUET, qui viendront challenger nos meilleurs locaux: Dylan Techer, Olivier Bègue, Timothée Hoarau, Alexandre Chan Man Han, Pascal Dorseuil. Des cascadeurs seront également présents: Nicolas CHATEL, Yann TREMBLAY et Jérémy DELENNE pour de nombreuses démonstrations et surtout un show inédit a la réunion et qui aura lieu le samedi 29 au soir! L'entrée est à 5€ pour les deux jours ! venez nombreux !

Supermotard Saint Paul 2014, un plateau de prestige

L'association APSC MAGMA organise la 4ème manche du championnat Supermotard 2014 qui aura lieu à Saint Paul ce week end. Cette course n'a plus eu lieu à Saint Paul depuis 1984, ce qui promet un retour gagnant au stade Olympique Julius Bénard. A ce titre, des invités de prestige seront présents : - Pierrick  SCHWEDA , Ambre BLOT, Till DE CLERQ, Sylvain BIDART, Serge NUQUES aussi connu sous le pseudo du "chevalier de Groland", Pierre THIERRY.   Voici le programme du week end : Samedi 15 novembre 14h - 17h : contrôles administratifs et techniques pour tous les coureurs et pilotes mis en place sur le stade olympique Paul-Julius Bénard à Saint-Paul 18 h : présentation des pilotes Dimanche 14 novembre 7H00  : Accueil des pilotes 8H30  : Briefing des pilotes 9H00  : Essais chrono QUAD 9H20  : Essais chrono MINI VERT 1 & 2 9H40  : Essais chrono MASTER  / PRESTIGE promo & S3 promo 10H00  : Essais chrono S3 10H20  : Essais chrono PRESTIGE 10H40  : 1er SHOW  STUNT avec  Pierre Thierry 11H00  : 1ère manche QUAD 11H20  : 1ère manche MINIVERT  1 & 2 11H40  : 1ère manche MASTER / PRESTIGE promo / S3 promo 12H00  : 1ère manche S3 12H20  : 1ère manche PRESTIGE 12H40  : 2ème SHOW STUNT PAUSE DEJEUNER 13H40  : 2ème manche QUAD 14H00  : 2ème manche  MINIVERT 1 & 2 14H20  : 2ème manche MASTER / PRESTIGE promo / S3 promo 14H40  : 2ème manche S3 15H00  : 2ème manche PRESTIGE 15H20  : 3ème manche QUAD 15H40  : 3ème manche MINIVERT  1 & 2 16H00  : 3ème manche MASTER / PRESTIGE promo / S3 promo 16H20  : 3ème manche S3 16H40  : 3ème manche PRESTIGE 17H00  : 3ème SHOW STUNT 17H20  : SUPERFINALE 18H00  : Remise des prix

Essai Nouvelle Mazda 3

Essai Mazda 3 SkyActiv-D 150 : Enfin Sexy ! Conventionnelles, efficaces, convaincantes à bien des égards les Mazda compactes n'ont jamais bénéficié d'un style séduisant. Après 3 générations de Mazda 3, la nouvelle venue change enfin la donne. Une tenue sexy qui s'accorde bien avec l'ensemble de ses qualités. Essai   Extérieur Les Mazda ont la réputation d’autos sérieuses et efficaces mais ont rarement montrés du style hormis pour les voitures de sport à l’instar de la RX-7. C'est simple, à part cette dernière aucune ne m'a fait réellement d'effet tant au niveau technique qu'esthétique. Le style est enfin devenu une priorité pour le constructeur Japonais et leurs autos deviennent autrement plus sympa. Pour preuve, le dernier CX-5 que je trouve vraiment agréable (à condition de ne pas le choisir en entrée de gamme). La nouvelle 3 est donc logiquement, elle aussi, beaucoup plus sexy que sa devancière.  Un style plus affirmé, plus latin avec des courbes élégantes sur le profil, de belles rondeurs vers l’arrière. La face avant est, pour moi, moins originale. Elle garde cependant la cohérence et l’identité à la marque avec un regard plus profond et une calandre immense rappelant le logo Mazda. Mais honnêtement c’est des 3/4 arrière qu’elle m’a plu avec son design inspiré d’une Alfa Roméo et par sa double sortie d’échappement sur cette version diesel. Élégante, presque sensuelle en « Soul Red métallisée » aux aspects parfois nacrés, elle séduit à plus d’un titre et cache subtilement ses dimensions généreuses. Elle est effectivement la plus grande de la catégorie compacte avec ses 4,46 m, si j’exclue l’inclassable Skoda Octavia et ses 4,65m !!!. Cependant, son encombrement ne se voit pas forcément à l’intérieur car la vingtaine de centimètres supplémentaires est en grande partie absorbée par des porte à faux avant surdimensionnés.       Intérieur A l’intérieur, l’émotion est moins grande car les efforts sur le design ne se retrouvent pas véritablement. Ici, à l’instar des précédentes générations, le maître mot est efficacité et peu d’originalité. La planche de bord est conventionnelle, pas assez orientée vers le conducteur mais les matériaux choisis sont de bonne facture et l’ergonomie soignée. Je suis agréablement surpris par un écran trônant sur le haut de la planche de bord. Un écran multimédia au dessus des aérateurs regroupant les commandes audio, la navigation (en option et indisponible pour l’heure à La Réunion), la téléphonie et enfin des applications spécifiques pour contrôler, entre autres, ses consommations. Le système est facile à prendre en main et après moins de 5 minutes, j'avais tout compris !!! Question habitabilité, pas grand chose à dire. Elle est bonne à toutes les places mais face à la concurrence, moins encombrante en longueur, la 3 ne se démarque pas réellement. Cela ne se perçoit pas assis à l’arrière grâce à un empattement long qui dégage plus d’espace aux genoux mais se constate au niveau du coffre, qui avec un volume de 350 litres est nettement en dessous des compactes françaises ou allemandes. Bien assis grâce à de multiples réglages et une position de conduite naturelle, je trouve face à moi un compte tour immense cerclé de rouge - Est-ce un signe ? - et juste au dessus un affichage tête haute. Ce dernier est, selon moi, moins bien réussi que les dernières réalisations françaises.    Sur la route   Avant même de prendre la route, la 3 avait de quoi me plaire. Avec un moteur de 2,2 l de cylindrée, 150 chevaux, deux sorties d'échappement, un compte tour rouge situé en face de moi et une très bonne position de conduite, je m'attendais à quelque chose de dynamique. Cependant les premiers mètres effectués avec la 3 donnent d'abord un sentiment de douceur et de calme. Le gros moteur diesel est exempt de vibration, ne claque pas à froid et l’insonorisation en charge comme à vitesse stabilisée est exemplaire. Son point fort est sa très bonne disponibilité à très bas régimes et sa vigueur au milieu du compte tour. Le maniement du levier de vitesses (très bien guidé) est limité en ville, où reprendre en 3ème à 1000 tr/mn ne la fait même pas vibrer. Au final, c'est en sortant de la ville que je me rends compte que passé les 3 000 tr/mn, il ne se passe pas grand chose au dessus. Le moteur ne se retrouve pas véritablement à son aise rechignant à prendre des tours. De fait, il faut davantage axer sa conduite sur le couple, meilleure alternative pour retirer le meilleur de ce bloc. Les performances sont, en accélération, assez décevantes pour la puissance annoncée mais s’avèrent tout de même au dessus de tout soupçon. Les reprises sont bonnes quelque soit le rapport engagé et l’auto ne donne jamais l’impression de forcer.    Question comportement routier, je suis bluffé par la qualité des liaisons au sol. Les suspensions filtrent confortablement trous et bosses, maintiennent parfaitement la caisse en virage et offrent suffisamment de rigueur pour afficher une tenue de route remarquable. La motricité n’est jamais mise en défaut, même en accélérant très tôt roues braquées, le train avant ne parvient pas à sous-virer ou à faire cirer la roue intérieure. Bref je me prends au jeu et perçoit les limites d’adhérence très loin. La 3 est facile à conduire, plaisante en toutes circonstances et rassurante car au delà des limites, les béquilles électroniques veillent au grain et ramènent la voiture avec douceur.       Conclusion Avant même d'en prendre le volant, je me doutais que la Mazda 3 allait être une bonne voiture car elle n’a jamais souffert de tares de conception et qu'elle n'allait pas me laisser un souvenir impérissable. Confortable, sécurisante, suffisamment performante, plaisante à conduire et fiable elle ajoute à ses qualités un design réussi et séduisant qui devrait lui faire connaître une carrière plus enthousiasmante en Europe et à La Réunion. Reste un tarif qui se paie un peu au dessus de la concurrence. La faute à sa cylindrée supérieure à 2 litres, sujette à un octroi de mer moins favorable. Tarif de notre modèle d'essai : 31 500 € Les plus  - Design réussi - Moteur souple et silencieux - Comportement routier - Confort Les moins - Performances moyennes - Coffre peu spacieux - Tarifs   http://www.autopassion.me/Essai-Mazda-3-SkyActiv-D-150-Enfin-Sexy-_a143.html  

Essai Porsche Macan

Essai Porsche Macan S... d ! Nouvelle référence dynamique ? Les SUV sportifs ne sont pas légions. Chez Porsche ils sont bien souvent conjugués en V6 turbo avec des puissances dépassant allègrement les 300 ch. Le Macan, dernier arrivé, peut recevoir aussi ces motorisations exceptionnelles mais comme il a pour objectif de conquérir de nouveaux clients il reçoit un 6 cylindres diesel de 258 ch. Pas de doute cependant à avoir, il sait être sportif...   Extérieur Il aurait pu s’appeler Cajun (pour Cayenne Junior), il se dénomme finalement Macan qui signifie tigre en Indonésien et il représente la diversification par le bas du constructeur allemand. A l'instar du Cayenne construit sur la base du Volkswagen Touareg et de l'Audi Q7, le "petit" SUV reprend une base connue : Celle de l'Audi Q5. Les dimensions sont, par ailleurs, très proches mais la lecture du dossier de presse m'indique tout de même que 70 % de cette base ont été revus pour garder une identité propre à Porsche. Voilà de quoi poser le tableau ! Bien que développé sur une base connue, l'expérience de conduite devrait être différente. Esthétiquement déjà, le Macan s'en détache clairement et garde une forte identité. Impossible d'y voir une once du cousin Audi. La face avant reprend les feux ovoïdes de ses soeurs et la quadruple sortie d'échappement des plus prestigieuses sportives. Des 3/4 arrière, je retrouve même les rondeurs d'une 911 mais bon là j'avoue j'exagère un peu... Notre modèle d'essai, dans sa livrée blanche se montrait discrète presque conventionnelle avec ses "petites" jantes aux flancs plutôt hauts. Est-ce à dire qu'il est plus typé confort ?     Intérieur Avant même d'en prendre le volant, c'est la clé de contact qui surprend car elle ne ressemble pas à une clé mais à une sorte de joyau reprenant la silhouette d'une Porsche. Le soucis du détail va jusque là. En entrant à bord je découvre un habitacle complètement différent de ce que pouvait laisser présager la ligne extérieur. Ici l'ambiance est tout autre. Les lignes de la planche de bord sont coupées au cordeau, très rectiligne. L'avantage qui en ressort est une impression de solidité inégalée. Dans le détail, j'apprécie la qualité des matériaux et le soin apporté à la finition. L'ergonomie est typique Porsche. Le démarreur est à gauche du volant et la console centrale regroupe un nombre impressionnant de boutons. Si impressionnant qu'il pourrait même rivaliser avec un ado en pleine puberté. La philosophie du constructeur est la suivante : un bouton pour une fonction. De ce strict point de vue le constructeur de Zuffenhausen se démarque de la concurrence qui a tendance à tout regrouper sous un seul bouton par le bais d'un MMI chez Audi ou de l'iDrive chez BMW.  Finalement j'apprécie cette ergonomie car avec une habitude vite prise la manipulation peut se faire en aveugle et en un temps record.   Un mot sur la position de conduite. Elle est excellente mais c'est surtout au niveau des sièges que cette position s'apprécie. Ceux-ci sont réglables à tous les niveaux. Longueur d'assise, largeur de dossier pour un meilleur maintien, tout y est et il me tarde d'en prendre le volant.  Pour le reste, habitabilité et coffre sont de bons aloi mais comme à l'accoutumée ces voitures n'emmèneront que 2 ou 3 passagers la majeure partie du temps.        Sur la route C'est sur la route qu'il me targuait d'essayer le Macan car lors de la récupération du véhicule on m'a assuré que l'expérience de conduite allait être tout autre que celle d'un SUV généraliste ou même des spécialistes Premium du segment. La liste des options qui équipe ma version d'essai est impressionnante mais je garde surtout en tête les options dynamiques. Le PASM (Porsche Active Suspension Management) est présent sur cette version au même titre que la boite automatique PDK. Deux éléments devenus presque essentiels pour retirer le meilleur du SUV.  Premiers tours de roues, le Macan est un SUV tout ce qu'il y a de plus classique et de confortable. La visibilité périphérique n'est pas son point fort notamment vers l'arrière "mais" une fois sur route le confort offert par les suspensions sont tout à fait honorables. A allure modérée la consommation reste raisonnable et n'excède pas les 10-11 l/100 km car la boite PDK passe le plus de rapports possible pour diminuer la consommation.   Une pression sur le bouton Sport et c'est un rapport au moins qui tombe pour offrir davantage de réactivité à la moindre sollicitation de la pédale de droite. Une pression sur Sport + et c'est entre 2 et 3 rapports qui tombent par rapport au mode par défaut. Suspensions et volant deviennent plus fermes pour offrir un toucher de route plus proche d'une berline. La PDK est aussi sollicitée et les passages de vitesses alors doux et imperceptibles deviennent ultra rapides laissant passer quelques à coups. Même le temps de latence entre la pression sur la palette au volant et le passage effectif de la vitesse est réduit. Seule ombre à ce tableau, les palettes sont solidaires du volant et sur routes tourmentées il faudra se concentrer pour savoir quelles palettes actionner.   En performances pures, avec 258 ch et 580 Nm de couple, le Macan offre des performances de tout premier ordre tant en accélérations qu'en reprises. Le 0 à 100 km/h est abattu en 6,3 sec. Mais ce qui est impressionnant ce sont les départs arrêtés lorsque l'on active le mode Launch Control. Pied gauche sur le frein, pied droit à fond sur la pédale de droite, l'aiguille du compte tour se cale aux environs de 3 000 tr/mn. Je relève alors le pied de la pédale du milieu et je me retrouve catapulté en avant, collé à mon siège avec une force impressionnante. Dans cet exercice, les roues n'ont pas patinées, tout est parfaitement passé au sol avec une efficacité redoutable.   En terme de comportement routier, il faut bien admettre que le Macan n'offre pas le toucher de route, ni l'efficacité d'un Boxster, d'un Cayman, d'une 911 ou encore une 918 mais il s'en sort plutôt bien. A la limite j'ai trouvé un Macan plutôt sous-vireur, ultra sécurisant en toutes circonstances notamment sur le mouillé mais je n'ai pas ressenti le transfert de couple vers l'arrière en cas de débordement de train avant. Les différents modes de conduite sont convaincants sur quasi toutes les surfaces. En effet, le mode Sport + est peut-être un peu trop ferme si la route n'est pas totalement lisse et engendre des rebonds sur certaines bosses. Et malheureusement on perd également la meilleure réactivité de la boite ainsi que la sensibilité de la pédale de droite.  Quand au freinage, fidèle à la réputation de Porsche, il s'est montré endurant et a toujours démontré un mordant et une décélération forte.  Nul doute, le Macan est un SUV dynamique prenant très peu de roulis et offrant un toucher de route agréable.     Conclusion Au fil des quelques kilomètres passés à son bord, le Macan m'a convaincu bien que je ne sois pas fan de SUV et bien que ce ne soit pas le domaine d'excellence de Porsche. La réalisation vaut néanmoins le détour car le constructeur a réussi à lui donner une vraie âme sportive. Une âme et une ambiance inimitable. Question tarif, ce Cayenne Junior reste une auto haut de gamme, hors de portée de toutes les bourses. Et comme le panel de personnalisation est important, les tarifs peuvent très vite grimper à des sommets.  Disponible à partir de 89 826 € en S diesel, notre modèle d'essai approchait les 117 000 €... Bienvenue dans le monde Porsche.  Les Plus   - Ligne réussie   - Couple PDK et PASM  - Performances  - Comportement routier  - Position de conduite  Les Moins  - Tarif élitiste  - Mode Sport + réservé aux routes parfaites   lien : http://www.autopassion.me/Essai-Porsche-Macan-S-d--Nouvelle-reference-dynamique_a142.html

Pages