Abaissement de la vitesse à 80Km/h en France

Abaissement de la vitesse à 80Km/h en France
par
glacier

L'annonce du premier ministre Edouard Philippe, le 11 décembre 2017, a soulevé une vive polémique. Il se positionne favorablement par rapport à la baisse de la limitation de vitesse à 80km/h, sur les routes bidirectionnelles nationales et départementales. Elles sont pour lui accidentogènes du fait de leur limitation actuelle à 90km/h.


Rappelons que ces routes sont à deux sens de circulation avec une voie dans chaque sens. Elles se répartissent comme suit : les routes départementales représentent 300 000 km de chaussées, les routes nationales 5 500 km et les routes communales 40 000 km. Les routes les plus importantes ont un marquage central et latéral.


L'augmentation du nombre de tués sur la route en novembre (+8,9 %) a poussé le gouvernement vers cette proposition. Les routes bidirectionnelles concentrent 55 % de la mortalité totale sur le réseau routier.
Pour le premier ministre, ce réseau très emprunté est particulièrement sensible aux accidents. Il a annoncé la convocation d'un Comité Interministériel de la Sécurité Routière en janvier 2018 (prévu le 18 janvier).
 

 

LES ASSOCIATIONS CONTRE LA LIMITATION DE VITESSE A 80KM/H SUR LES ROUTES SECONDAIRES

 

L'expérimentation au Pays Bas, d'une limitation variable a fait ses preuves. C'est ce modèle-là qui a été suivi pour les limitations en ville, en France. Des zones à 30kh/m ont été mises en place, d'autres à 70km/h.


Les routes départementales et nationales ne présentent pas toutes la même dangerosité. Les routes les plus larges (9 mètres ) et qui seraient munies de rails de sécurité latéraux ne peuvent pas faire l'objet du même traitement. Les zones très rectilignes sont moins accidentogènes que les autres. De plus, l'association 40 millions d'automobilistes regrettent qu'on ne se soucie pas davantage de la lutte contre l'alcool, les stupéfiants et l'utilisation du téléphone.


L'association dénonce un abus financier. En effet, les contrôles sur ces portions de routes pourraient représenter un véritable jackpot pour les caisses de l'État.


L'effet répressif est donc dénoncé, au détriment des politiques de lutte contre les comportements au volant.


Les tests effectués depuis 2015 dans 3 départements ne permettront pas d'apporter une conclusion scientifique. Si les contrôles se bornent à être fait sur la vitesse seule, le bilan sera tronqué !
Signalons enfin que certains territoires ne possèdent que des routes secondaires ! Le risque est d'isoler un peu plus ces zones rurales.

PÉTITION CONTRE LE PROJET DE LOI DE LIMITATION DE VITESSE A 80KM/H


L'association 40 millions d'automobilistes conteste ce projet de loi et vous propose de signer la pétition en cours

 

Je vous laisse visualiser ce reportage dans lequel vous pourrez constater par vous-même qu’une limitation de vitesse plus élevée n’engendre pas nécessairement plus d’accidents et qu’a contrario, une baisse de la limitation de vitesse n’entraînerait pas systématiquement une diminution de la mortalité sur les routes.

 

Laisser un commentaire